Hausse des tarifs de « taxi be » à Madagascar ce 1er novembre

Pour l’instant, les tarifs du transport en commun urbain appelé « taxi-be » (taxi bé) restent à 300 Ariary (monnaie malgache). Mais après la récente assemblée, l’union des coopératives de transport urbain a décidé d’observer une hausse du ticket de 33% soit de 300 Ariary à 400 Ariary de leurs tarifs à Antananarivo. La menace d’une hausse du ticket était déjà prévisible depuis l’année 2009 au début de la crise socio-politico-économique qui frappe Madagascar jusqu’à maintenant.

D’abord, sachez que les taxi-be constituent le moyen de transport utilisé par 80% de la population d’Antananarivo, la majorité d’entre nous n’a pas le moyen d’avoir nos propres véhicules et c’est largement plus économique. La plupart des taxi-be d’Antananarivo commencent à placarder une annonce d’une prochaine hausse en novembre autrement dit dans quelques jours. L’union a affirmé qu’elle ne compte plus faire marche arrière. Ce qui est certain c’est que cette hausse aura un impact considérable sur le budget des ménages malgaches. Il faut tout de même reconnaître que Madagascar vit dans une crise, le pays n’a  pas connu de croissance depuis trois ans, nous vivons dans un régime transitoire où les bailleurs de fonds (FMI, Banque mondiale, UE, etc.) ont tous fermé leurs robinets. La majorité des utilisateurs de ce moyen de transport n’ont pas connu une augmentation de leurs salaires alors que l’inflation persiste. Bref, ce sera très dur!

Les utilisateurs haussent le ton à travers les différentes associations de défense des consommateurs pour le côté radio et télévision. Mais d’un autre côté, les utilisateurs s’expriment également à travers les réseaux sociaux comme Facebook sur le refus d’accepter cette hausse, et c’est un sujet qui est actuellement source de plusieurs « j’aime » et de plusieurs commentaires. Depuis deux ou trois ans, les taxi-be sont synonyme de médiocrité, leurs qualités de service sont l’un des plus nulles. Les chauffeurs et les aide-chauffeurs insultent leurs clients. Ils ne respectent pas leurs cahiers des charges: ils font du surcharge, ils écourtent leurs itinéraires comme bon leur semble. Les taxi-be font des courses-poursuites pour amasser plus de clients et cela est souvent la cause des accidents mortels, la plupart des chauffeurs ne semblent pas être conscients qu’ils jouent avec des vies: un taxi-be lorsqu’il est plein (heures de pointe: 7h à 9h du matin – 17h à 19h du soir) transporte en moyenne 27 personnes.

Une amélioration du service est exigée en contrepartie de cette hausse ce mois de novembre. Avec les hausses des prix du carburant, des prix des pièces de voitures ainsi que l’abandon d’une certaine subvention fournie par l’État, il est logique qu’une hausse soit très probable mais quoi qu’il en soit, cela n’apportera pas l’accalmie dans la « crise malgache ».

Intérieu d'un taxibeTaxibe de la ligne 147

The following two tabs change content below.
Rijaniaina
Je suis un néo-rural du numérique (autrement dit « blogueur ») résidant à Gasikara (Madagascar). De métier, je suis un concepteur de projets d'applications informatiques : gérer une équipe de programmeurs est un métier qui n'est pas de tout repos. Dans mon pays, rien ne bouge mais j'aimerais la faire bouger!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *