Les femmes malgache et le Miralenta (égalité du genre)

Je republie ici un billet de mon autre blog, on va d’abord parler des femmes influentes dans le monde: il y a d’abord Angela Merkel la chancellière allemande, elle est influente car elle dirige un pays du G7, ensuite vient Christine Lagarde le SG du Fonds Monétaire International (FMI) et n’oublions pas Michelle Obama bien que n’occupant un vrai poste de dirigeant, c’est la femme du président du pays le plus puissant au monde. Mais des femmes au pouvoir, présidente ou premier ministre, il y en a beaucoup mais le nombre est encore très faible par rapport aux hommes : ici en Afrique, nous avons une femme présidente depuis le Janvier 2006, il s’agit d’Ellen Johnson Sirleaf le président du Libéria …

Parlons de la France, un pays développé mais il faut avouer que les Français sont machos, les femmes ont rarement atteints les hauts rangs par rapport à ses voisins. Dans le temps, une femme est devenue Premier ministre (Edith Cresson) mais rare sont ceux qui s’en souviennent. Une femme a failli devenir présidente (Ségolène Royal) mais les Français ne l’ont pas élue pour un programme quinquennal pas convaincant.

Les femmes continuent de lutter pour obtenir l’égalité avec les hommes dans le monde, on nomme ce projet comme « Mira lenta » à Madagascar, un projet qui vise au moins 30% des postes dirigeants pour les vehivavy = viavy = ampela. Elles le méritent car démographiquement, elles sont plus nombreuses. De nos jours, dans les villes, pas comme dans le passé, les femmes étudient et travaillent.

Le soucis c’est que la majorité des femmes reste moins éduqué que les hommes, la mentalité en général est aussi macho donc la plupart préfère voir les hommes diriger que les femmes. Le principal blocage au « Mira lenta » ce sont les femmes elles-même, elles seraient jalouses de voir d’autres personnes de son genre atteindre des places importantes, réussir. C’est la mentalité « mifamingana » des Malagasy qu’il faut abandonner si nous voulons réussir, sortir de cette pauvreté sans fin.

Insolite: à propos de sexisme, les femmes de France n’ont trouvé mieux à faire pour lutter en faveur du « Miralenta » que d’exiger les mentions Madame (mariée) ou Mademoiselle (non mariée) dans les formulaires administratifs. Et elles ont peut-être raison! A lire sur 20minutes.fr

Les dates des élections approchent à Madagascar pour cette année 2013 or l’égalité du genre est loin d’être acquise, on ne dispose que d’un taux inférieur à 10% en matière de représentativité des femmes au sein du parlement et des collectivités décentralisées, selon les statistiques. C’est pour cela que l’EISA (Institut Électoral pour une Démocratie Durable en Afrique) a organisé une réunion consultative sur l’appui de l’EISA aux femmes malgaches candidates aux élections récemment chez nous. Cette organisation entend  jouer un rôle de facilitation et d’impulsion pour favoriser le succès des candidatures féminines.

The following two tabs change content below.
Rijaniaina
Je suis un néo-rural du numérique (autrement dit « blogueur ») résidant à Gasikara (Madagascar). De métier, je suis un concepteur de projets d'applications informatiques : gérer une équipe de programmeurs est un métier qui n'est pas de tout repos. Dans mon pays, rien ne bouge mais j'aimerais la faire bouger!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *