Hery, parti pour s’éterniser au pouvoir

Je prends de nouveau la plume pour parler de politique. Oups ! Un sujet qui peut fâcher à Madagascar. Je vais parler de la HVM-isation du pays.

C’est quoi HVM ? « Hery Vaovaon’i Madagasikara » (littéralement la Force Nouvelle de Madagascar) est le parti politique de Hery Rajaonarimampianina le président de la République investi démocratiquement en janvier 2014 après cinq ans de transition catastrophique pour l’économie du pays. C’est maintenant que cette période de vide institutionnel, qui a duré un lustre, se fait sentir. Tout va mal : insécurité, inflation, diminution du pouvoir d’achat, dégradation des infrastructures, corruption, refus d’autorité, etc.

 Comment ça, Madagascar se HVM-ise ?

La majorité des projets de loi soumis aux parlements que le pouvoir concocte sont tous polémiques car souvent avantageux à sens unique, celui des dirigeants. Ils semblent avoir été conçus dans l’esprit que ce seront toujours eux qui dirigeront le pays pour plusieurs mandats. Effectivement, le premier mandat de Hery expirera dans deux ans en 2018.

Code de la communication : jugé « liberticide » par beaucoup de gens, des premiers concernés les journalistes du secteur privé, la société civile, par les chancelleries internationales (Union Européenne, les États-Unis, la France et le PNUD qui a financé sa conception) et des syndicats internationaux (RSF, FIJ Fédération internationale des journalistes) etc.

Code minier, code foncier, projet de loi sur la Réconciliation Nationale, loi sur les collectivités territoriales décentralisées etc.

Des codes concoctés depuis des années dans divers ateliers, modifiés une fois arrivée au gouvernement.

Bref, « dans la politique, personne ne se soucie vraiment du petit peuple ».

L’attitude de la famille du président : un cabinet spécial de la première dame et les œuvres de charité médiatisés de ses fils ainés montre qu’ils ne comptent pas quitter le pouvoir d’aussitôt.

Le syndrome des chaises (« seza » en malagasy)

Le constat est aussi que des personnalités humbles qui dénonçaient haut et fort dans les médias les mauvaises pratiques et dérives du pouvoir se taisent quand ils obtiennent une « chaise », ce sont des journalistes et membres influents de la société civile. Je ne citerai pas de noms mais ils sont devenus président de haute cour, ministre de la population, ministres, directeurs de cabinet de ministère, membre de commission électorale.

Le HVM peut-il rester longtemps au pouvoir

"Prouvez-moi que les Malagasy se sont appauvris" dixit Hery R.

« Prouvez-moi que les Malagasy se sont appauvris » dixit Hery R.

En trois ans de pouvoir, Hery n’a rien accompli d’exceptionnel qui le distinguerait jusqu’à maintenant.

Est-ce que le pouvoir HVM est si nul que ses opposants le disent ?

Non, je ne suis pas de leur avis car ce n’est pas Hery qui est la cause de l’état lamentable du pays actuellement. Tout a commencé avec la transition 2009-2014 qui a tout de même duré 5 ans qui a plongé les malgaches dans le déni. Mais Hery n’est pas étranger à cette période car il en a été l’argentier en chef (ministre des finances).

Les opinions favorables à Hery sont au plus bas dans les grandes villes surtout dans la capitale Antananarivo. Mais sachant que 80% de la population vit en milieu rural, ils sont historiquement favorables au pouvoir en place (faute d’ignorance peut-être ? de la peur ?). Hery est donc assuré de gagner facilement les élections de 2018. Avec un Sénat composé à 90% de HVM et d’une chambre basse certes sans aucun député HVM mais très versatile, le pouvoir ne devrait avoir aucune inquiétude.

Voilà un aperçu de la situation à Madagascar. J’espère que je ne me ferai pas taxer de partisan du « Vondrona Andrefan’Ambohijanahary » (mouvement de l’opposition) après ça, un groupement dont je ne cautionne pas.

A Madagascar, le pouvoir change mais les pratiques demeurent.

Mon slogan c’est « Madagascar, j’aime la faire bouger » mais malheureusement « ça ne bouge pas ! », c’est pour ça que j’ai décidé de me lâcher un peu.

The following two tabs change content below.
Rijaniaina
Je suis un néo-rural du numérique (autrement dit « blogueur ») résidant à Gasikara (Madagascar). De métier, je suis un concepteur de projets d'applications informatiques : gérer une équipe de programmeurs est un métier qui n'est pas de tout repos. Dans mon pays, rien ne bouge mais j'aimerais la faire bouger!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *