Simulacre d’élection : Ratsiraka en remet une couche

Article : Simulacre d’élection : Ratsiraka en remet une couche
Étiquettes
10 octobre 2013

Simulacre d’élection : Ratsiraka en remet une couche

J’ai couvert la première interview télévisée de l’amiral en retraite Didier Ratsiraka, pourquoi je ne couvrirais pas la seconde, juste un mois après et c’était hier !

Cette fois, son interview a été diffusée sur  les chaînes nationales malgaches (RNM et TVM), une première qui fait grincer les dents de tous ceux qui n’ont pas encore obtenu cette faveur jusqu’à maintenant.

Pour rappel, le décryptage de sa précédente intervention en septembre : Didier Ratsiraka de retour à la télé, un vrai spectacle

Le pays est actuellement campagne électorale pour la présidentielle du 25 octobre prochain, mais cela n’empêche pas cet ancien président de donner son avis. En plus, il règle ses comptes avec la communauté internationale. Il est contre le diktat sur l’organisation hâtive de l’élection. Il répète maintes fois : « L’élection n’est pas une fin en soi ». Il pense que le président élu prochainement sera un président mal élu. Il prône la conférence au sommet élargie, le vrai dialogue malgacho-malgache.

Prouvant que malgré son âge avancé, il a encore de la bonne mémoire : il a cité les articles non appliqués parmi les 45 articles de la feuille de route ratifiée fin 2011. L’amiral a même fustigé le représentant de l’Union européenne à Madagascar, Leonidas Tezapsidis sur sa déclaration que les Malgaches n’ont pas confiance à sa justice, alors pourquoi aurions nous confiance à la CENI-T et la CES des institutions composées de magistrats censés respectivement organiser les élections et annoncer les résultats officiels.

Il insiste sur sa solution miracle faisant venir des investisseurs privés qui injecteront 1, 5 à 2 milliards de dollars par an au lieu de seulement 2 milliards pendant cinq ans dans les conditions actuelles. Il s’agira d’un contrat synallagmatique liant les deux parties pour une coopération mutuellement avantageuse. De plus, Ratsiraka a toujours la nostalgie de sa Constitution de 1998 instituant les provinces autonomes. Pour lui, c’est toujours la solution.

Ce qu’apporteront les soi-disant investissements :

–  1 500 000 emplois au minimum

–  les salaires minimum dans le privé élevés à 2,5 dollars par jour, dans notre monnaie 150 000 Ar par mois

–  augmenter les bourses estudiantines et les pensions de retraite de 40 %

–  etc.

De vraies promesses de campagne, malheureusement il n’est pas candidat ! C’est vrai que cela est vraiment possible avec ce plan de redressement de 2 milliards de dollars par an. Tout cela reste un rêve et on se demande si l’amiral est sincère ?

Ratsiraka est un fin politicien, un homme d’Etat intelligent et avisé. Cela fait beaucoup d’éloges, mais il faut savoir qu’il est le président resté le plus longtemps au pouvoir à Madagascar, de 1975 à 1991 (2e République) puis de 1997 à 2002, or il n’y a pas eu de réalisations importantes contribuant au développement du pays durant ces 21 années de règne.

La jeune génération n’est pas tendre avec lui. Par exemple, le blogueur malgache Pakysse ne va pas par quatre chemins dans ce billet sur l’interview de Ratsiraka du mois de septembre dernier : Ratsiraka le vantard.

Beaucoup de flou dans ses déclarations d’hier.

Qui sont ces investisseurs?

C’est quoi les conditions de ces investisseurs?

On ne demande qu’à y croire !

Partagez

Commentaires

Rijaniaina
Répondre

2ème intervention! Jamais 2 sans 3, il y aura sûrement une 3ème interview télévisée mais je ne vais plus en faire un article pour ne pas risquer d'être taxé de pro-Ratsiraka!

Pour ceux qui veulent regarder l'émission de mercredi dernier (en français puis malgache):
https://www.youtube.com/watch?v=TMep5vCPcVQ

Boukari Ouédraogo
Répondre

J'ai l'impression à te lire qu'il ne pourra convaincre personne.

Rijaniaina
Répondre

c'est à peu près cela, surtout la jeune génération.

55 de république à Madagascar, ce fut 55 ans de promesses et de beaux parleurs! ll y a beaucoup de réalisations mais plus de malversations. Comme dans beaucoup de pays africains d'ailleurs non!