Madagascar, le 29 mars 1947: retour sur ce sanglant massacre colonial

Madagascar commémore ce 29 mars le 67e anniversaire de l’insurrection pour s’émanciper du joug de la France. La répression fut terrible, elle s’est faite dans le sang et dans la boue. Selon un bilan officiel de l’Etat français : 89 000 victimes chez les Malgaches; l’un des plus importants massacres coloniaux. Et c’est hallucinant de voir qu’une telle brutalité a ressurgi alors que le monde ne se remettait pas encore de l’horreur des crimes de la Seconde Guerre mondiale.

Monument "29 marsa 1947". Crédit photo: Wikimédia

Monument « 29 marsa 1947 ». Crédit photo : Wikimédia

Rappel de l’histoire

Après la Seconde Guerre mondiale, les pays colonisés commencent à demander leur indépendance, mais l’administration française s’y refuse. Le principal parti politique de l’époque, le MDRM (Mouvement démocratique pour la rénovation malgache) à travers ses fameux trois députés Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara projette de négocier cette indépendance pacifiquement. Ce parti n’est pas l’instigateur de l’insurrection débutant la nuit du 28 mars 1947.

Le soulèvement commence dans le quart sud de l’île et sur la côte sud-est avant d’atteindre la région des hautes terres. Armés juste de sagaies,  de couteaux et de talismans face aux carabines des colonisateurs, les Malgaches se rebellent. Ils prennent aux plantations, aux casernes militaires, mais aussi à des Malgaches travaillant pour l’administration coloniale.

La répression française est des plus sanglantes. Le mot « génocide » peut même être évoqué pour cette sombre partie de l’histoire du pays. Les troupes coloniales renforcées par des « tirailleurs sénégalais » viennent facilement à bout des insurgés. Ces derniers ont été tués lors des affrontements, fusillés sans procès, ou sont morts de faim en prison.

Le nombre de victimes divise encore les historiens. La « pacification » va faire 89 000 victimes chez les Malgaches, selon les comptes officiels de l’État français. Mais l’on sait que les chiffres sont souvent en deçà de la réalité , comme les chiffres donnés par le gouvernement Bachar El-Assad sur le cas de Syrie aujourd’hui par exemple.

La famine frappant les paysans en 1947

La famine frappant les paysans en 1947 © Photo issue de l’exposition de Charles Ravoajanahary sur les “Résistances malgaches” (1981)

Zones d’ombre sur ces événements de 1947

Cette histoire, que l’on nous a appris à l’école est trop élémentaire. Les archives des enquêtes et des procès de l’époque n’étant pas encore « ouverts et accessibles », l’insurrection demeure encore floue pour nous, les jeunes d’aujourd’hui. Le délai de prescription pour l’ouverture des archives est dépassé depuis longtemps non? Tout le monde fait semblant d’ignorer la question.

 « Ny lasa tsy fanadino », cette expression malgache ancienne qui signifie le passé (c’est-à-dire l’histoire) ne doit pas être oublié devrait nous inspirer, mais force est de constater que c’est plutôt : « Ny gasy mora manadino », littéralement les Malgaches oublient facilement. Ainsi la commémoration de ce massacre est en passe de devenir un jour chômé et férié comme les autres.

François Hollande a reconnu devant le Parlement algérien en 2012 que la colonisation française en Algérie avait été  » profondément injuste et brutale » . Quid de Madagascar ?

Procès des 3 députés Ravoahangy, Raseta et Rabemananjara. Crédit photo: Wikimédia

Procès des 3 députés Ravoahangy, Raseta et Rabemananjara. Crédit photo : Wikimédia

 

The following two tabs change content below.
Rijaniaina
Je suis un néo-rural du numérique (autrement dit « blogueur ») résidant à Gasikara (Madagascar). De métier, je suis un concepteur de projets d'applications informatiques : gérer une équipe de programmeurs est un métier qui n'est pas de tout repos. Dans mon pays, rien ne bouge mais j'aimerais la faire bouger!

10 Commentaires

  1. Les massacres perpétrés par les Merina sur les autres populations malgaches sont bien plus importants que celui-ci (déjà suffisamment horrible) ! Il faut se méfier quand on joue au petit jeu de « qui a tué le plus » ! Le colonialisme mérina, raciste et esclavagiste, a été mille fois plus violent que le colonialisme français !

      1. Oui, dire que les merina ont colonisé dans leur propre pays c’est comme dire que les parisiens auraient pu coloniser Marseille. lol
        Andrianampoinimerina a, d’ailleurs, préféré faire des alliances au lieu de faire la guerre. Il consolidait ces alliances par des mariages, methode connue dans la Bible avec Solomon et pratiquée dans le monde entier depuis toujours.
        Les malgaches sont des insoumis, c’est tout!

    1. Gauvain, tu es de quelle origine en fait pour dire ça? les français ont tout détruit sur notre île et veulent encore nous prendre ce qu’il en reste (ex: les îles éparses) ou de quel genre de massacres tu parles? tu peux détailler? et en même temps, prouve le car là ça devient une affirmation gratuite. En plus décevant si jamais tu es un Malagasy tout comme nous.

  2. Le livre de Denise Bouche sur la colonisation française fait une large part à l’histoire de Madagascar et réévalue à la hausse les chiffres des massacres de Madagascar

  3. Quand des sources officielles sont dans l’obligation de publier des chiffres sur les atrocités dont une puissance coloniale (quelle qu’elle soit) est l’auteur, il faut multiplier leurs chiffres par mille pour avoir ne serait-ce qu’une petite idée de l’ampleur de leurs crimes et des desastres que celles-ci ont causé sur les plans humain, matériel, économique et civilisationnel….

  4. C’est que les Africains doivent chercher à étudier pour la conscience africaine cela fera de nous les hommes qui peuvent dire non à la conduite du monde.Le français celui la qui veut nous donner des leçons de droit et de liberté avec un tel massacre dire un génocide la France n’a pas de place en Afrique de même le massacre des fusiliers sénégalais par la France que de mal que la France a fait aux africains

  5. Je ne veux pas entrer dans une quelconque polémique mais je ne résiste pas à vous dire la vérité, je connais bien Gauvain, c’est un homosexuel notoire bien connu de la brigade des moeurs.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *