Antananarivo et le triste contraste riche-pauvre

Article : Antananarivo et le triste contraste riche-pauvre
Étiquettes
31 janvier 2013

Antananarivo et le triste contraste riche-pauvre

Antananarivo, une ville en contraste avec le reste de Madagascar. Les nouveaux immeubles dédiés aux ventes de matériels high tech fleurissent. Les offres internet des divers fournisseurs marchent très bien mais dès que l’on s’éloigne cela ne marche plus. Les cybercafés pullulent et qui sont souvent plein. C’est une ville de plus de presque deux millions d’habitants, elle est surpeuplée mais c’est un marché à ne pas manquer.

Pauvres habitant derrière un bac à orduresCe contraste rime avec l’extrême pauvreté qui sévit au pays malgré l’absence de guerres ou de conflits armés comme sur le continent africain. On fait tout de même partie du classement des dix pays les plus pauvres du monde. Le taux d’analphabétisation est encore élevé, la Banque Mondiale prédit même que 84% des malgaches seront pauvres cette année (contre 77% en 2010) si le pays ne sort pas de cette crise qui le frappe depuis le coup d’État de 2009. En effet, les investissements étrangers se sont raréfies depuis. Il y a un trop grand fossé social visible rien qu’à Antananarivo: des enfants qui savent manipuler les ordinateurs ou qui possèdent des smartphones d’un côté et des enfants de rue qui mendiant de l’autre côté. Quelques centaines de ces enfants mendiants sont surveillés par une ONG mais il y a encore 10000 autres qui vagabondent les rues de la capitale selon certains journaux. Des enfants qui ne vont pas à l’école faute de moyens, c’est trop triste! Vu le nombre de voitures qui circulent dans la capitale, on se dirait que les malgaches sont riches or ce n’est pas du tout le cas. Les numéros s’écoulent comme du petit pain au centre d’immatriculation mais ces nouvelles voitures appartiennent souvent aux mêmes personnes. Triste constat!

Foire Internationale de MadagascarCe qui m’attriste le plus, c’est que bien qu’Internet est un média d’avenir, c’est qui est presque déjà le cas dans les pays développés, peu de malgaches pourront avoir la chance de lire ce billet un jour 🙁

Partagez

Commentaires